Jacques Marchand, chef d'orchestre et fondateur

Il est impossible de parler de l’Orchestre symphonique régional Abitibi-Témiscamingue sans y associer le nom de Jacques Marchand, qui en est le fondateur, le directeur artistique et le chef depuis sa fondation.


Né en 1948, Jacques Marchand, compositeur et chef d’orchestre, fait ses études à la Faculté de musique de l’Université McGill, dont il détient un baccalauréat en composition. Il étudie notamment avec Harry Freedman, Alcide Lanza et Bengt Hembreus. 


Durant ses premières années de pratique artistique, de 1972 à 1981, il est notamment pianiste-accompagnateur et directeur musical de Pauline Julien. Ensuite, il accompagne Renée Claude durant trois ans. Au début des années 1980, à la suite d’une commande de Fernand Nault, alors chorégraphe des Grands ballets canadiens, il compose le ballet Nearer The Stars, qui a été présenté à Denver, aux États-Unis.


Au terme de plusieurs années consacrées à la vie de tournée au Québec et à l’étranger, il décide de poser ses valises à Rouyn-Noranda, sa ville natale. Très impliqué dans son milieu, il fonde, en 1987, l’Orchestre symphonique régional Abitibi-Témiscamingue, qu’il dirige depuis. Il fonde aussi, en 1993, un orchestre de chambre, l’Ensemble Aiguebelle.


En 1996, il est le chef invité pour le gala 25e anniversaire du Mary Washington College Symphonic Orchestra de Fredericksburg, en Virginie. À cette occasion, il crée une de ses œuvres en première étasunienne : Un dimanche à Poznan. En 1993, 1994, 1995 et 1996, il dirige quatre concerts de fin de stage avec la Filharmonie Hradec Kralove en République tchèque. Ces stages étaient sous la supervision des maestros Otakar Trhlik, Frantisek Vajnar et Zdenec Bilek.


En 2001, il enregistre Les quatre éléments avec l’Orchestre symphonique national d’Estonie, un concerto pour guitare qu’il a composé pour Rémi Boucher, guitariste de réputation internationale. En 2007, avec l’Orchestre symphonique régional Abitibi-Témiscamingue, il crée la première partie de la grande fresque épique L’Épopée québécoise : Jacques Cartier, composée en collaboration avec le compositeur Edgard Davignon et le poète Jean Neuvel. Également, en 2012, il crée sa composition Cantate nordiquepour chœur et orchestre afin de souligner le 25e anniversaire de l’OSR. 


De 2014 à 2016, à la demande du pianiste Alain Lefèvre, il travaille à la restauration du Concerto n° 3 d’André Mathieu (également connu sous le nom de Concerto de Québec) à partir du manuscrit d’origine, écrit de la main d’André Mathieu alors qu’il était adolescent. Il en fait également une nouvelle orchestration. Cette œuvre est présentée en première canadienne en avril 2017 en Abitibi-Témiscamingue. En octobre de la même année, il présente sa création Quatre jours dans la vie d’un homme avec l’Ensemble Aiguebelle.


En 2020, il dirige le Concerto pour cor Canadian Voyage de Jeff Christmas en tant que chef invité du Timmins Symphony Orchestra. En mai, la version pour quatuor à cordes de son œuvre Quatre jours dans la vie d’un homme sera créée à Stirling-Rawdon, en Ontario, par le quatuor à cordes Madoc Quartet. 


Principales distinctions : 

  • Prix créateur de l’année en Abitibi-Témiscamingue, Conseil des arts et des lettres du Québec (2018);
  • Médaille du Jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2012);
  • Médaille de l’Assemblée nationale du Québec (2012);
  • Citoyen émérite du Canada (2007);
  • Président d'honneur du 2e Festival des Guitares du Monde en Abitibi-Témiscamingue;
  • Membre à vie du Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue;
  • Prix « Culturel » de la Société nationale des Québécois de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec;
  • Prix Essor 2002 pour l'œuvre Dorie en collaboration avec les commissions scolaires de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Baie-James;
  • Prix à la création artistique en région, Conseil des arts et des lettres du Québec (2002).      

image445

Crédit: Annie Boudreau