Le chef


Il est impossible de parler de l’Orchestre symphonique régional Abitibi-Témiscamingue sans y associer le nom de Jacques Marchand, puisqu'il en est le fondateur, le directeur artistique et le chef depuis 30 ans.

Après des études supérieures à l’École de musique Vincent d’Indy et à la Faculté de musique de l’Université McGill, Jacques Marchand devient le pianiste attitré de deux grandes interprètes de la chanson québécoise, Pauline Julien (1972 à 1980) et Renée Claude (1980 à 1983). Au terme de plusieurs années consacrées à la vie de tournée au Québec et à l’étranger, il décide de poser ses valises à Rouyn-Noranda, sa ville natale. Il devient alors professeur au Centre musical En sol mineur. C'est à ce moment que prend forme un rêve qui deviendra réalité, soit la création, en 1987, d’un orchestre symphonique qui portera la musique aux quatre coins de la région. En 1993, il met aussi sur pied l’Ensemble Aiguebelle, qui réunit douze instrumentistes à cordes pour jouer le répertoire consacré à la musique de chambre. Plus tard, c’est le chœur symphonique, qui regroupe une centaine de choristes de toute la région, qui ajoute sa voix aux activités de l’OSR.   

Les projets que développe Jacques Marchand en Abitibi-Témiscamingue cohabitent avec des activités menées hors-frontière. Dans les années 1990, il se rend à quelques reprises en République tchèque, où il réalise des stages auprès des maestri Otakar Trhlik, Frantisek Vajnar et Zdenec Bilek. Il est aussi le chef invité lors du 25e anniversaire du Mary Washington College Symphonic Orchestra de Frederiksburg, en Virginie. À cette occasion, il crée Un dimanche à Poznan, une pièce qu’il a composée. En 2001, on le retrouve en Estonie avec le guitariste Rémi Boucher (www.remiboucher.com), un autre Abitibien qui connaît beaucoup de succès sur la scène internationale. Ensemble, ils enregistrent, avec l’Orchestre symphonique d’Estonie, le Concerto d’Aranjuez, ainsi que Les quatre éléments, un concerto qu’il a composé pour le guitariste.

Compositeur toujours actif, Jacques Marchand a créé la trame musicale d’un spectacle historique à grand déploiement, Le Paradis du Nord, une production de la Troupe À cœur ouvert (www.leparadisdunord.com) qui a tenu l’affiche à La Sarre pendant sept ans. En mars 2012, on assiste à la création de la Cantate nordique pour choeur et orchestre, sa plus récente œuvre jouée lors du concert gala soulignant le 25e anniversaire de l’OSR.

À la demande d’Alain Lefèvre, de 2014 à 2016, Jacques Marchand à réarrangé et orchestré le Concerto no 3, connu sous le nom de Concerto de Québec, d’André Mathieu. Il s’agit de l’œuvre phare de Mathieu, composée lorsqu’il avait 13-14 ans. Jacques Marchand a travaillé cette nouvelle mouture de ce grand concerto pour piano à partir des partitions d’origine. M. Marchand a fait l’orchestration en tentant de respecter le plus possible la pensée de Mathieu et le style de l’époque.  Ce concerto fait parti du programme de la tournée de concerts soulignant les 30 ans de l'ORS.